Vous avez rendez-vous !

doctor    C’est le Jour du Docteur !
    Oui, non, aujourd’hui, je n’ai rien à dire d’intéressant hormis ceci : aujourd’hui, la série de SF britannique Doctor Who fête ses 50 ans. Pour l’occasion, la BBC diffusera aujourd’hui un épisode spécial, retransmis en même temps dans la plupart des pays ( chez nous ce soir à 20 heures 50 sur France 4 ) et baptisé « Le Jour du Docteur ». Whovians ou pas, c’est un événement à ne pas manquer.
    Woohoo wooooooooooooooooooooooooh !

Opération Citrouille : go go go !

    Eh oui, je n’arrivais pas à me décider depuis quelques jours (semaines, même), mais ce sera finalement l’Opération Citrouille qui verra le jour après l’Opération Brume. Voici une petite présentation du projet pour ceux que ça intéresse :

Opération Citrouille : les personnages

Opération Citrouille : les personnages

Titre : Opération Citrouille (mais nooooooooon, il y aura un autre titre)
Genre : Fantastique / Romanche (et une touche de yaoi)
Nombre de signes prévus : 350 ksec, peu ou prou
Pitch :

    Après dix ans de thérapie, Niamh o’Bannon découvre subitement que non, elle n’est pas folle : les fantômes qu’elle voit sont bien réels, et certains encore plus que d’autres.

    
Personnages :
Niamh o’Bannon : à 23 ans, elle a jonglé ces dix dernières années entre thérapies, médicaments et séjours en HP. Bouffées délirantes aiguës, qu’ils disent. Sauf qu’il semblerait que ce ne soit pas le cas, finalement. (Son prénom se prononce [nive].)

Jack : ce fantôme a tout oublié de sa vie passée, mais se prend pour Jack o’Lantern. Accompagné d’une citrouille qui parle – sortie tout droit de son imagination – il éprouve une attirance malsaine pour les gens endormis et possède l’étrange faculté de pouvoir pénétrer dans leurs rêves. Ne mangez surtout pas ses bonbons !

Hyacinth Mardling : héritier d’une riche fortune, asocial, mysophobe et hypocondriaque, il ne sort de chez lui que pour résoudre le problème de fantômes qui refusent de passer de l’autre côté. Il a rencontré Jack lorsqu’il était enfant et n’arrive plus à s’en débarrasser.

Ian MacCartaigh : chauffeur, secrétaire, comptable, boîte aux lettres… Ian fait à peu près tout pour Hyacinth. Absolument pas médium, il est persécuté par Jack qui s’amuse à le terroriser la nuit. (Son nom de famille se prononce [MacCarty].)

    Pour les membres de CoCy, on peut retrouver la fiche du challenge ici. Et c’est partiiiiiiiii !

Des (bonnes) nouvelles !

nonew

    Voilà un petit moment que je n’avais pas posté sur ce blog. Contrairement à ce que le titre de ce billet suggère, non, je vais pas annoncer de bonnes nouvelles, mais vous distiller quelques infos.

    La première, et non des moindres, concerne une première publication. Eh oui ! Je ne peux encore rien dire tant que ce n’est pas officiellement officiel, mais vous en saurez plus bientôt, certainement. Il y a quand même des favorisés dans l’assistance car mon ChériChou et mes lecteurs de CoCyclics sauront de quoi je parle. Un peu de patience, les autres, c’est pour la bonne cause !
nonew    Deuxième, là encore je ne dis rien, je croise juste tous mes doigts de mains et de pieds. Après un envoi, tous les auteurs le savent, il y a toujours une terrible période d’attente (je vous conseille l’excellent article d’Earane sur le sujet), au cours de laquelle il vaut mieux faire autre chose pour s’aérer l’esprit. Genre, écrire une nouvelle ou passer doucement à un nouveau projet, ce qui permet d’éviter le coup du zieutage obsessionnel de boîte mail. Je suis passée au stade au-dessus, c’est-à-dire que non seulement j’attends, mais aussi que je vide la batterie de mon téléphone pour rafraîchir ladite boîte mail, sans parvenir à me raisonner. Je ne peux rien dire de plus, si ce n’est que mes chances d’être publiée – proches de zéro quelques semaines auparavant – ont pris des points en plus au cours de la dernière semaine. Alors croisez les doigts pour moi, faites brûler les cierges, priez Thot, enfin, ce que vous voulez, mais souhaitez-moi au moins merde ! Les concernés ? L’Opération M, c’est-à-dire Glasdiel, et l’Opération Brume. Allez, on respire, on ignore l’appel de la boîte mail, et on fait autre chose. Il faut !
    (Si mes collègues auteur ont un truc pour éviter la mort par arrêt cardiaque en période d’attente hyper stressante, je suis preneuse… Enfin, oui, je sais : « Lance-toi dans un autre projet ! » Pinaise que c’est dur !)

    Et donc, à part ça ? Comme je le disais plus haut, il faut absolument trouver un nouveau projet avant de virer dingue. J’avais envisagé de finir l’Opération Fée-Furieuse, ou d’entamer (enfin) l’Opération Furie à Vapeur ou l’Opération Citrouille… Et hier soir, révélation choc : et pourquoi pas un autre projet, l’Opération Sans-Nom-Pour-l’Instant ? Je meurs ! Comment vais-je faire pour trouver le temps d’écrire tout ça ? Parce qu’en plus y’a une autre idée qui germe, un truc de steam’, mais je n’ai pas assez de temps pour tout écrire. Fichtre !
    (Remarquez, au moins, y’a de quoi éviter l’appel de la boîte mail pour un moment…)

    Bon, je retourne rafraîchir ma boîte mail…

Capriiiiiiiiiii !

capri

    Eh oui, c’est fini ! Mais non, pas Capri : l’Opération Brume est terminée ! Avec plus 406.000 signes au compteur, les aventures d’Answald, Rikke et Ulrik ont pris fin ce midi. Au total, il m’aura fallu 31 jours, oui ma bonne dame, pour terminer ce premier jet.

maintenant    Et maintenant ? (Remarquez l’association Hervé Vilard / Gilbert Bécaud : poésie, quand tu nous tiens !) Alors, maintenant, il faut laisser reposer la bête quelques semaines, et on la reprendra plus tard.
    Pour l’instant, je me vide les neurones, je bêta-lis, je fais mariner mon prochain tube. La fin de l’Opération Fée-Furieuse ? Le début de l’Opération Furie à Vapeur ? Ou, carrément soyons fous, l’Opération Citrouille ? Que voilà une bonne question ! Enfin, j’ai le temps d’y penser… Je vais déjà me replonger dans la lecture du tome 2 de La Dernière Terre, de Magali Villeneuve, et ensuite, si les romans de Cécile Duquenne arrivent, sans doute me laisserai-je emporter par les mystères de la rue de la Morgue. On verra bien !

    Capriiiiiiii, c’est finiiiiiiiiiiii !

CoCyclics

grenouilles-851x315

    La semaine dernière, j’évoquais ici le collectif CoCyclics, et je disais qu’il fallait que je fasse un article à ce sujet. Chose promise, chose due.

Comment j’ai découvert CoCyclics
    logo-cadreEn mars dernier, j’ai eu l’occasion de passer à la convention organisée par l’association de jeu de rôle caennaise Éphémère. étaient invités, grâce aux démarches de l’association amie Pégase Mécanique ( dont je suis aujourd’hui la secrétaire ), deux auteurs nouvellement publiés chez Asgard, Benedict Taffin et Thomas John. En bonne lectrice, j’ai acheté leurs ouvrages, forcément. J’ai dévoré « La Pucelle et le Démon », mais, honte à moi, je n’ai pas encore trouvé le temps de lire « La Cité Noire », alors que les premières pages m’avaient mis l’eau à la bouche. ( Pardon, pardon, promis, je vais me rattraper ! )
    Comme chaque fois que j’achète un nouveau livre, je jette un coup d’œil aux « annexes » : les préfaces, les dédicaces ( je me suis promis de dédicacer mon premier roman publié à Mme Travers, mon instit’ de CP, qui a déclaré à ma mère lorsque j’étais enfant qu’un jour, je serai écrivain ; Mme Travers, je vous promets que je ne vous oublierai pas si cela arrive ), et les remerciements. Or, parmi les remerciements de la Cité Noire, j’ai trouvé quelques mots consacrés au collectif CoCyclics. Et là, je venais sans le savoir de mettre le doigt dans un engrenage infernal…

CoCycoi ?
    CoCyclics est un collectif de bêta-lecteurs spécialisés dans les domaines de l’Imaginaire ( science-fiction, fantasy, fantastique ). Ce groupe réunit des personnes motivées pour améliorer leurs écrits, et surtout bénéficier d’un regard extérieur sur leurs textes. Il est très difficile d’avoir du recul sur son propre texte et c’est aussi difficile de trouver, dans son entourage, des personnes capables de le critiquer avec objectivité. Le système se base sur la réciprocité et l’envie de progresser.
    CoCyclics met donc à disposition des auteurs un forum de discussion sur lequel on peut :
    - poster des extraits de roman pour demander des avis sur le fond et la forme ;
    - poster des nouvelles complètes pour avoir des avis constructifs ;
    - travailler les synopsys de ses œuvres en vue de leur soumission à un éditeur ;
    - éventuellement, devenir bêta-lecteur et soumettre un roman complet pour bénéficier d’une bêta-lecture approfondie ( en rendant la pareille bien évidemment ).

grenouilles-851x315

    CoCyclics jouit d’une excellente réputation auprès des éditeurs de SFFF, qui accordent un intérêt particulier aux romans qui ont subi un cycle complet de bêta-lecture au sein du collectif, et qui portent l’estampille CoCyclics. Cette marque est un gage de sérieux et de qualité, et beaucoup d’éditeurs ont décidé de devenir partenaires du collectif.

Mouais, et ça apporte quoi ?
    Crédidiou ! Ça permet d’améliorer son texte, pardi ! Et puis, aussi, d’apprendre à repérer ses erreurs les plus courantes, les répétitions, les tics de langage, les lourdeurs qu’on a l’habitude de tartiner dans ses paragraphes. Et ça apprend l’humilité, tiens ! Après tout, le texte que l’on croyait si parfait peut toujours être amélioré, et les grenouilles de la mare ( comprenez : les membres du forum ) sont d’une grande aide pour s’en apercevoir. Ça apprend à accepter de retravailler son chef-d’œuvre et pas à se draper dans sa dignité en refusant toute critique. Et ça fait du bien à l’orgueil mal placé.
    Et puis, aussi, ça permet de rencontrer des tas d’autres personnes, de s’ouvrir à des univers différents, à des façons d’écrire différentes, à découvrir des histoires qu’on aimerait bien pouvoir un jour trouver dans sa bibliothèque.
    Bien sûr, il faut avoir du temps à consacrer aux autres – il faut donc accepter d’échanger avec d’autres personnes, ce qui n’est pas forcément évident pour tout le monde. Il faut aussi se faire à l’usage d’un forum. Beaucoup d’auteurs aiment se replier sur eux-mêmes lorsqu’ils écrivent. Forcément, CoCyclics n’est pas fait pour ceux-là. Néanmoins, c’est un formidable outil pour progresser. Je sais qu’il me reste encore du chemin à parcourir pour accepter la critique sans rechigner, mais il est très utile d’avoir CoCyclics pour ça.

Et donc, un petit rappel…
    - voir le forum de CoCyclics
    - voir le site de CoCyclics

Gribouillis #2

Answald

    Comme d’habitude, chaque fois que j’écris, je ne peux pas m’empêcher de gribouiller les trombines de mes personnages sur un coin de papier. Ici, petite séance de dessin pendant une partie d’Agone hier soir :

Answald

Answald


Rikke

Rikke


Ulrik

Ulrik

    Beaucoup plus simple d’avoir une représentation visuelle de ses personnages lorsqu’on écrit. Enfin, ce n’est que mon avis. En tout cas, dessiner en écrivant est une maladie chez moi. Et vous, comment faites-vous pour vous représenter vos personnages ?

Des nouvelles

Logo antidote RX

    Hop ! Je passe en petit coup de vent pour donner des nouvelles.

    Aucune autre nouvelle réponse pour Glasdiel. Je continue de patienter tranquillement, l’esprit serein.
    Je suis toujours très occupée avec l’Opération Brume, qui a plutôt bien avancé ces derniers jours : la bête compte aujourd’hui plus de 200.000 signes, j’ai donc dépassé la moitié du quota que je me suis fixée. Le premier événement a eu lieu, le deuxième ne devrait pas tarder, et tout va très vite s’enchaîner ! ( Oui, je sais, ça ne vous parle pas beaucoup raconté comme ça, mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant. ) Certains personnages commencent à me montrer des facettes de leur personnalité que je ne connaissais pas, notamment Answald, le « héros ». Le petit cachottier se révèle bien plus cynique que je ne le croyais !

51.68%

Logo antidote RX    Sinon, chose dont je parlerai sûrement au moment de la correction : je me suis procuré le fameux logiciel Antidote ! De mes premiers bidouillages hier après-midi ( oui, mais j’avais bien avancé sur mon roman alors je pouvais jouer un peu, hein ? ), je crois que je vais vraiment prendre du plaisir à traquer fautes et répétitions avec ce petit bijou. Mais je ferai un article plus détaillé plus tard…
    Et enfin, je commence à me demander si je ne devrais pas poser ma candidature au poste de bêta-lecteur sur CoCy… Quoi ?! Je n’ai jamais écrit d’article sur CoCyclics ?! Hop, j’ajoute à ma to-do list ! Donc, bref, j’y pense, même si je suis encore une jeunette sur le forum. J’expliquerai dans l’article, tiens.

    Je file au travail avant que mon patron ne me sucre l’internet !!

L’Opération Brume

brume

    J’en ai parlé dans mon dernier article, sans entrer dans les détails : laissez-moi aujourd’hui vous en dire un peu plus sur l’Opération Brume.

brume

    Il s’agit d’un roman de fantasy / steampunk qui me trotte dans la tête depuis quelques semaines ( mois, même, maintenant ), presque depuis la fin du premier tome de Mhaurndil. Je n’arrivais pas à me lancer dedans, pourtant. Quelque chose m’en empêchait. Un détail sur lequel je ne parvenais pas à mettre le doigt, un point qui faisait que je ne me passionnais pas outre mesure pour l’écriture de ce roman, sans pour autant savoir lequel. L’histoire est pourtant très claire dans mon esprit, les différentes étapes principales du scénario également. Alors, qu’était donc ce problème ?
    Il m’est apparu très clairement au cours de la lecture d’un roman dont je vous parlerai sans doute dans les jours à venir. Le problème, ma bonne dame, c’était les personnages. En réalité, j’étais incapable de me lancer dans la phase d’écriture car les personnages ne me « parlaient » pas, parce que je ne ressentais aucune affection ni empathie pour eux. Moche, hein ? Il m’a suffi de réaliser cela pour aussitôt débloquer la situation. Après une refonte des personnages principaux, trois chapitres sont d’ores et déjà bouclés, je tourne à environ 12.000 signes par jour, et croyez-moi, maintenir un tel rythme, c’est du jamais vu pour moi. Comme quoi, il ne suffisait pas de grand-chose pour avoir le déclic !
    Oui, bon, je vous vois venir : c’est bien tout ça, mais ça parle de quoi ? Forcément, je ne peux pas tout révéler pour l’instant. Mais bon, voici quand même un petit pitch, histoire de cerner un peu l’histoire :

    Dans un monde déchiré entre progrès technologique et catastrophe écologique, un homme aide les voyageurs à rallier les villes, entre les marées de Brume. Mais lorsqu’un mystérieux étranger pose son aéronef dans la glorieuse cité de Gilmont, les tensions sous-jacentes se dévoilent, menaçant l’équilibre d’une société déjà fragile. La plus grande menace viendra-t-elle réellement de la Brume et de ses monstres difformes ?

    Voilà, j’espère que ça vous donnera envie d’en savoir plus et, qui sait, de le lire un jour ! En tout cas, ce roman devrait être un one-shot, c’est-à-dire un roman unique ( pas de série ), et d’une taille moyenne, pas un pavé comme Mhaurndil.

18%

Et un refus, un !

4f

    Je ne suis toujours pas morte, et au contraire très active, puisque je suis plongée dans le premier jet du Projet Brume ( gné ? ). Je ne vous en parlerai cependant pas aujourd’hui, mais je vais revenir sur Mhaurndil… et son premier refus.

4f

    Je vois vos regards désappointés, et je les comprends, puisque j’ai ressenti la même chose hier après-midi. Explications. Je me trouvais sur mon ordinateur pendant la sieste de P’tit Putois, à pianoter quelques mots du Projet Brume, quand, allez savoir pourquoi, mon instinct m’a soufflé d’aller jeter un œil sur ma boîte mail « sérieuse » ( oui, parce que j’ai une boîte pas sérieuse et une boîte sérieuse ). Bref, j’ouvre Thunderbird et, ô surprise ! un courriel tout neuf arrive. Exp : Cristal Sword. Objet : Rép : Soumission d’un manuscrit. Je meurs. Déjà, avant même d’ouvrir le courriel, j’en connais la teneur, puisque mon petit doigt me dit qu’un éditeur intéressé par mon roman préférera décrocher son téléphone plutôt que de m’envoyer une lettre. Donc, je comprends, avant de cliquer sur le lien, que c’est raté.
    Et bien sûr, je ne me trompe pas. Roman de fantasy classique ( oui, j’avoue ), avec des redondances d’idées ( >sigh< ), mais bien écrit. Hélas, le texte ne correspond pas à la ligne éditoriale de la maison et n'a donc pas été retenu.

    Suis-je déçue ? Oui et non. Oui, bien évidemment, puisqu’un refus reste un refus et c’est une chance qui s’envole. Mais curieusement, non aussi, pour plusieurs raisons. La première, celle qui me fait le plus plaisir, c’est que mon roman a été lu, tout au moins en partie. Ensuite, c’est que la directrice de collection a pris le temps de me rédiger un courriel personnalisé et précis motivant le refus, et ça, c’est quand même bien plus valorisant qu’une lettre-type. On se sent moins « rouage dans la machine ».

    J’ai pu remplir une ligne complète de mon tableau « Éditeurs », même si la réponse n’est pas celle que j’espérais… Allez, il me reste encore quelques mois à patienter pour les autres refus. En attendant, je vais continuer à écrire sur mes montagnes.

She is alive !

FrankieStein4-550x

FrankieStein4-550x

    Non, je ne suis pas morte, promis ! Pas plus que je n’ai oublié mon blog. Été oblige, la recrudescence d’activité professionnelle a fait que je n’ai pas été très prolifique ces derniers temps… sur le blog uniquement !

    Où en suis-je ?
    Je viens de terminer la rédaction d’une nouvelle sur le thème de l’appel à textes des éditions Voy’[el], AT baptisé « À voiles et à vapeur ». À la base, je pensais simplement l’écrire pour moi ( sur le forum de CoCy, Selsynn m’avait conseillé d’écrire autre chose, avant de me lancer dans la suite de Mhaurndil, histoire de me vider la tête ). J’ai quand même soumis mon texte aux bêta-lecteurs du forum, pour recueillir leurs impressions sur mon niveau en matière de nouvelles. Et les avis sont plutôt flatteurs ! Du coup, une fois qu’elle sera parfaite, je pense que je tenterai ma chance et l’enverrai pour l’AT. Qui sait, je pourrais peut-être faire partie des heureux élus publiés dans cette anthologie ?
    La nouvelle terminée, je vais reprendre le tome 2 de Mhaurndil. J’avais un doute sur la façon de débuter le récit, et une nouvelle idée vient de germer dans mon esprit. Du coup, j’ai une bonne dose d’inspiration pour ce nouveau tome !
    Ah, et d’autres idées me sont venues : il faut que je revoie le syno de l’Opération Fée Furieuse, qui souffre de quelques défauts, et j’ai une idée de one shot qui me trotte dans la tête depuis quelques semaines, en plus de l’Opération Furie à Vapeur…

    En attendant, Glasdiel suit son petit bonhomme de chemin chez les éditeurs chez lesquels je l’ai envoyé. J’ai reçu les accusés de réception, et j’attends un peu avant de l’envoyer en version papier chez les autres éditeurs qui m’intéressent.

    Voilà ! Donc, non, je ne suis pas morte, juste un peu occupé. Mais je reste aux aguets !

1 2 3 4