novembre 2013 archive

Les Nécrophiles Anonymes

    Je ne parle pas beaucoup de mes lectures sur ce blog, même quasiment jamais (juste une fois, auparavant, avec La brigade des loups de Lilian Peschet), mais je pense qu’il est important de dire quand on a lu quelque chose de vraiment bien. Aujourd’hui, je vais donc vous parler des excellents romans de Cécile Duquenne, « Quadruple Assassinat dans la rue de la Morgue » et « L’étrange cas du docteur Ravna et de monsieur Gray ».

photo

    Ces deux romans appartiennent tous deux à la série des Nécrophiles Anonymes, dont ils constituent les tomes 1 et 2. Publiés aux éditions Voy’[e]l (eh oui, eux aussi), ces deux romans nous entraînent dans l’univers étrange et fantasque de Népomucène Lemercier, préposé à la morgue, et de son ami Bob, le vampire.

    Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d’environ 150 ans d’âge. Lorsqu’il manque devenir la cinquième victime d’un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l’enquête. L’immortel est certain qu’une autre créature surnaturelle a commis le massacre.
Ainsi commencent les aventures des Nécrophiles anonymes.

    Le premier tome de cette série, qui devrait en compter six, à terme, nous plonge dans un univers parfaitement dépeint par l’auteur. Toute la force de ce premier livre tient dans la caractérisation des personnages : crédibles et attachants, ils donnent envie d’aller plus loin, de poursuivre la lecture jusqu’au bout, sans interruption. Pour moi qui déteste d’ordinaire les histoires de vampires, je me suis surprise à dévorer ce premier tome en grande partie grâce au charisme de Bob (oui, on peut s’appeler Bob et avoir du charisme). L’intrigue, simple au demeurant, n’en reste pas moins plaisante à suivre, bien que la révélation finale ait tout de même été facile à deviner. J’ai une excuse, je suis flic. L’écriture fluide et maîtrisée de Cécile Duquenne nous entraîne dans son histoire sans jamais nous perdre ; on sent beaucoup d’expérience dans sa fa&ccecil;on de manier les mots, un gros plus ! Qui a dit que les Français ne savaient pas faire de la bonne littérature SFFF ?

    En tant que vampire, Bob n’échappe pas à certains doutes et ressent le besoin de retrouver ses plus vieux amis. Mais les réjouissances tournent court lorsqu’un certain vampire nommé Dorian Gray hypnotise Bob et en fait son pantin. Qui est vraiment Dorian ? Quel lien l’unit à Bob ? Entre hallucinations puissantes et rares moments de lucidité, le vampire va tenter d’éclaircir ce mystère, lié à ses origines inconnues…
Népomucène, quant à lui, tente le tout pour le tout afin de ramener son ami à la raison. Parviendra-t-il à arracher Bob des griffes de Dorian ?

    Si j’avais beaucoup aimé le premier tome, j’avoue que ce tome 2 a été un véritable coup de cœur pour moi. L’intrigue plus complexe, la profondeur des personnages renforcée, quelques phrases magiques de Cécile Duquenne… Tous les ingrédients pour en faire, à mon sens, un roman à ne surtout pas manquer. L’auteur joue le pari de changer de narrateur et de nous faire voir l’action à travers les yeux de Bob : pari réussi, on plonge dans ses réflexions avec autant de bonheur que l’oncle Picsou dans son coffre-fort. Les relations entre Népomucène et Bob prennent un nouveau sens, se transcendent… ah ! le boy-love…
    On sent une vraie évolution après le premier tome plus simple. Évolution voulue par l’auteur, c’est possible, car après la présentation des personnages dans le tome 1, on découvre d’autres facettes de la société vampirique et une intrigue bien plus fouillée. Bref, que du bonheur !
    Juste un petit bémol, quelques coquilles dans ce tome 2 qui ont échappé à la correction, mais on les oublie vite.

    J’ajouterai à cela deux livres à la couverture superbe, du beau travail. Quoi, vous lisez encore de la bit-lit après ça ?

    Où qu’on se les procure ?
Chez tous les bons libraires, chez vous ou sur le net, ou directement sur le site de l’éditeur.
Tome 1 : Quadruple Assassinat dans la rue de la Morgue
Tome 2 : L’étrange cas du docteur Ravna et de monsieur Gray
(Promis, je vous redonne les ISBN dès que j’ai les romans sous les yeux !)
Auteur : Cécile Duquenne
Editeur : Éditions Voy’[e]l

Vous avez rendez-vous !

doctor    C’est le Jour du Docteur !
    Oui, non, aujourd’hui, je n’ai rien à dire d’intéressant hormis ceci : aujourd’hui, la série de SF britannique Doctor Who fête ses 50 ans. Pour l’occasion, la BBC diffusera aujourd’hui un épisode spécial, retransmis en même temps dans la plupart des pays ( chez nous ce soir à 20 heures 50 sur France 4 ) et baptisé « Le Jour du Docteur ». Whovians ou pas, c’est un événement à ne pas manquer.
    Woohoo wooooooooooooooooooooooooh !

Opération Citrouille : go go go !

    Eh oui, je n’arrivais pas à me décider depuis quelques jours (semaines, même), mais ce sera finalement l’Opération Citrouille qui verra le jour après l’Opération Brume. Voici une petite présentation du projet pour ceux que ça intéresse :

Opération Citrouille : les personnages

Opération Citrouille : les personnages

Titre : Opération Citrouille (mais nooooooooon, il y aura un autre titre)
Genre : Fantastique / Romanche (et une touche de yaoi)
Nombre de signes prévus : 350 ksec, peu ou prou
Pitch :

    Après dix ans de thérapie, Niamh o’Bannon découvre subitement que non, elle n’est pas folle : les fantômes qu’elle voit sont bien réels, et certains encore plus que d’autres.

    
Personnages :
Niamh o’Bannon : à 23 ans, elle a jonglé ces dix dernières années entre thérapies, médicaments et séjours en HP. Bouffées délirantes aiguës, qu’ils disent. Sauf qu’il semblerait que ce ne soit pas le cas, finalement. (Son prénom se prononce [nive].)

Jack : ce fantôme a tout oublié de sa vie passée, mais se prend pour Jack o’Lantern. Accompagné d’une citrouille qui parle – sortie tout droit de son imagination – il éprouve une attirance malsaine pour les gens endormis et possède l’étrange faculté de pouvoir pénétrer dans leurs rêves. Ne mangez surtout pas ses bonbons !

Hyacinth Mardling : héritier d’une riche fortune, asocial, mysophobe et hypocondriaque, il ne sort de chez lui que pour résoudre le problème de fantômes qui refusent de passer de l’autre côté. Il a rencontré Jack lorsqu’il était enfant et n’arrive plus à s’en débarrasser.

Ian MacCartaigh : chauffeur, secrétaire, comptable, boîte aux lettres… Ian fait à peu près tout pour Hyacinth. Absolument pas médium, il est persécuté par Jack qui s’amuse à le terroriser la nuit. (Son nom de famille se prononce [MacCarty].)

    Pour les membres de CoCy, on peut retrouver la fiche du challenge ici. Et c’est partiiiiiiiii !

Des (bonnes) nouvelles !

nonew

    Voilà un petit moment que je n’avais pas posté sur ce blog. Contrairement à ce que le titre de ce billet suggère, non, je vais pas annoncer de bonnes nouvelles, mais vous distiller quelques infos.

    La première, et non des moindres, concerne une première publication. Eh oui ! Je ne peux encore rien dire tant que ce n’est pas officiellement officiel, mais vous en saurez plus bientôt, certainement. Il y a quand même des favorisés dans l’assistance car mon ChériChou et mes lecteurs de CoCyclics sauront de quoi je parle. Un peu de patience, les autres, c’est pour la bonne cause !
nonew    Deuxième, là encore je ne dis rien, je croise juste tous mes doigts de mains et de pieds. Après un envoi, tous les auteurs le savent, il y a toujours une terrible période d’attente (je vous conseille l’excellent article d’Earane sur le sujet), au cours de laquelle il vaut mieux faire autre chose pour s’aérer l’esprit. Genre, écrire une nouvelle ou passer doucement à un nouveau projet, ce qui permet d’éviter le coup du zieutage obsessionnel de boîte mail. Je suis passée au stade au-dessus, c’est-à-dire que non seulement j’attends, mais aussi que je vide la batterie de mon téléphone pour rafraîchir ladite boîte mail, sans parvenir à me raisonner. Je ne peux rien dire de plus, si ce n’est que mes chances d’être publiée – proches de zéro quelques semaines auparavant – ont pris des points en plus au cours de la dernière semaine. Alors croisez les doigts pour moi, faites brûler les cierges, priez Thot, enfin, ce que vous voulez, mais souhaitez-moi au moins merde ! Les concernés ? L’Opération M, c’est-à-dire Glasdiel, et l’Opération Brume. Allez, on respire, on ignore l’appel de la boîte mail, et on fait autre chose. Il faut !
    (Si mes collègues auteur ont un truc pour éviter la mort par arrêt cardiaque en période d’attente hyper stressante, je suis preneuse… Enfin, oui, je sais : « Lance-toi dans un autre projet ! » Pinaise que c’est dur !)

    Et donc, à part ça ? Comme je le disais plus haut, il faut absolument trouver un nouveau projet avant de virer dingue. J’avais envisagé de finir l’Opération Fée-Furieuse, ou d’entamer (enfin) l’Opération Furie à Vapeur ou l’Opération Citrouille… Et hier soir, révélation choc : et pourquoi pas un autre projet, l’Opération Sans-Nom-Pour-l’Instant ? Je meurs ! Comment vais-je faire pour trouver le temps d’écrire tout ça ? Parce qu’en plus y’a une autre idée qui germe, un truc de steam’, mais je n’ai pas assez de temps pour tout écrire. Fichtre !
    (Remarquez, au moins, y’a de quoi éviter l’appel de la boîte mail pour un moment…)

    Bon, je retourne rafraîchir ma boîte mail…